titre_lefil
logo_elanco

9 février 2024

Régénération inédite d'un os mandibulaire chez un chiot

par Agnès Faessel

Temps de lecture  2 min

La photo de Tyson fait le tour de la planète, suite à la régénération spontanée de sa mandibule gauche après chirurgie (photo Université Cornell).
La photo de Tyson fait le tour de la planète, suite à la régénération spontanée de sa mandibule gauche après chirurgie (photo Université Cornell).
 

Le service communication de l'Université Cornell (USA) a largement relayé le cas de « Tyson », ce chiot ayant subi une mandibulectomie partielle en raison d'un carcinome épidermoïde buccal. Mais il y a de quoi : la mandibule s'est naturellement régénérée après la chirurgie. Un phénomène déjà documenté chez l'enfant, mais qui serait une première dans l'espèce canine.

Chirurgie sans complication

Pour une fois aussi, mais c'est accessoire, le bouledogue français fait l'objet d'une publication encourageante. Car Tyson est un chiot de cette race, âgé de 3 mois au moment de sa prise en charge à l'école vétérinaire de l'Université Cornell.

La tumeur avait été découverte fortuitement à l'examen de la cavité buccale du chiot, réalisé en raison d'une fente palatine congénitale. Il s'agissait d'un carcinome épidermoïde de type papillaire ; ces tumeurs sont rares chez le jeune animal, mais un tel sous-type a déjà été décrit chez lui.

La lésion était située à gauche, caudalement au niveau de la mandibule, touchant la 3e prémolaire. Le carcinome était peu invasif, n'envahissant pas le périoste ni l'os. Le bilan d'extension n'avait pas détecté de métastases. Le traitement de choix dans ce cadre, lorsque possible, est l'excision en bloc. Et après mandibulectomie unilatérale subtotale ici – réalisée sans complication particulière –, l'analyse histopathologique pratiquée a confirmé une exérèse complète de la tumeur (marges saines).

Régénération en moins de 2 mois

Au suivi après 8 semaines, pour l'évaluation de la cicatrisation et pour la reconstruction chirurgicale du palais (correction de la fente palatine), la présence d'os dans la zone opérée a été détectée par palpation sur le chiot vigil. Un examen scanner a alors été réalisé, révélant la formation d'un os depuis le site d'ostectomie jusqu'à la symphyse mandibulaire.

La mandibule a retrouvé un aspect fonctionnel, ne nécessitant notamment aucun traitement de malocclusion. Au suivi après 7 mois, le chien ne présentait ni complication, ni signe de douleur, ni récidive de la tumeur.

Pronostic engageant à long terme

Ce type de chirurgie, relativement radicale, est souvent associé à des complications à long terme : déviation mandibulaire, malocclusion traumatique, douleur locale, difficulté à prendre et mastiquer la nourriture... Une telle reformation spontanée est susceptible d'éviter ces séquelles, au moins en partie. Elle ne peut toutefois être espérée que chez un animal juvénile. Et les autres structures, en particulier les dents, ne repoussent pas.

Chez l'enfant, des cas de régénération de la mandibule, totale ou partielle, ont été constatés suite à son exérèse, en traitement d'une tumeur comme chez ce chien, ou de lésion traumatique (un tir d'arme en particulier). Cette reformation peut survenir après plusieurs semaines ou mois, à partir du périoste subsistant, qu'il convient donc de préserver au possible.